COMMUNIQUÉ DE PRESSE - 23 mai 2016

Biotrial conteste fermement la communication de Marisol Touraine

Le centre d’essais cliniques Biotrial a pris connaissance avec stupéfaction ce matin des déclarations de la ministre des Affaires Sociales et de la Santé, Marisol Touraine.

Il n’a été rendu destinataire du rapport final de l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) qu’à 10h30 ce lundi 23 mai alors que la conférence de presse, à laquelle il n’était pas convié, s’achevait. Ce rapport avait pourtant été communiqué préalablement à la presse dès dimanche soir.

Sur le plan d’actions exigé par la ministre des Affaires Sociales et de la Santé :

- Le centre d’essais cliniques Biotrial n’a pas attendu le rapport de l’IGAS et les recommandations de la ministre de la Santé pour faire de l’amélioration de la prise en charge des volontaires sa priorité.

- Un plan d’actions a d’ores et déjà été mis en place suites aux échanges avec l’Agence Nationale de la Sécurité du Médicament (ANSM), et ce depuis plusieurs mois. Les recommandations de l’ANSM et de l’Agence Régionale de Santé (ARS) avaient en outre été immédiatement mises en œuvre après l’accident survenu en janvier 2016.

Sur le rapport de l’Inspection Générale des Affaires Sociales :

- Le centre d’essais cliniques Biotrial conteste une nouvelle fois les conclusions du rapport final de l’IGAS qui se refusent à intégrer les observations contradictoires de Biotrial pour rester cohérentes avec celles du rapport d’étape hâtivement publié en février. Il dénonce une nouvelle fois les méthodes, contraires au droit lui-même, qui ont été utilisées pour le réaliser et qui lui ôtent toute crédibilité :

o Non respect du principe du contradictoire

o Non respect du droit des personnes auditionnées

o Eventuels conflits d’intérêts non mentionnés

- Le centre d’essais cliniques Biotrial remettra à la ministre des Affaires Sociales et de la Santé son plan d’actions, d’ores et déjà mis en place et dont il y a lieu de s’étonner qu’elle n’ait pas encore cherché à se le procurer ou à chercher à en connaître l’existence.

Le centre Biotrial déplore cette situation alors qu’il a toujours respecté scrupuleusement le protocole de test validé par l’ANSM et qu’il a été parfaitement établi que c’est la molécule du laboratoire portugais Bial qui, par sa toxicité inattendue et imprévisible, serait à l’origine de l’accident.

Contact presse :

biotrial@vae-solis.com

Guillaume Didier

+33 6 74 08 27 17

Jessica Lefébure

+33 6 29 94 59 87

A propos de Biotrial :

BIOTRIAL est un centre de recherche médicale privé français agréé par le ministère de la santé (implanté à Rennes et présent à l’international). Il  mène des essais cliniques de phase 1, soit de première administration à l’homme, pour le compte de laboratoires et entreprises de biotechnologies.

 

Go back